Dépendance et perte d’autonomie, mieux comprendre ces termes.

Constater une situation de dépendance entraine souvent l’intervention d’une aide à domicile. Mais qu’implique réellement ce mot ?

Le dictionnaire Larousse en donne cette définition :

État, situation de quelqu’un, d’un groupe, qui n’a pas son autonomie par rapport à un autre, qui n’est pas libre d’agir à sa guise.

Dans le cas d’une personne âgée, cela va se traduire par des difficultés, voire une incapacité à effectuer des petits travaux du quotidien, à se déplacer sans aide et/ou à s’exprimer.

Comment se caractérise la dépendance ?

La perte d’autonomie s’accompagne d’une incapacité :

  • à effectuer des gestes de la vie quotidienne : faire ses repas, sa toilette, etc.
  • et/ou se déplacer, bouger : se mettre debout, marcher, utiliser sa voiture, etc.
  • et/ou s’exprimer : recevoir des visites, communiquer, entendre, etc.

La grille AGGIR pour quantifier la dépendance

Les besoins de chaque personne dépendante varient avec le degré de leur perte d’autonomie. C’est pour cibler aux mieux ces besoins que la grille AGGIR (Autonomie Gérontologique Groupe Iso-Ressources) a été mise en place, permettant une « mesure » de la dépendance d’une personne âgée dans son quotidien.
Cette grille comporte 6 niveaux allant du GIR 6 (indépendance totale) au GIR 1 (dépendance totale).

Grille AGGIR
GIRDegré de dépendance
GIR 1Personne confinée au lit ou au fauteuil, dont les fonctions mentales sont gravement altérées et qui nécessite une présence indispensable et continue d’intervenants, ou personne en fin de vie
GIR 2Personne confinée au lit ou au fauteuil, dont les fonctions mentales ne sont pas totalement altérées et dont l’état exige une prise en charge pour la plupart des activités de la vie courante, ou personne dont les fonctions mentales sont altérées, mais qui est capable de se déplacer et qui nécessite une surveillance permanente
GIR 3Personne ayant conservé son autonomie mentale, partiellement son autonomie locomotrice, mais qui a besoin quotidiennement et plusieurs fois par jour d’une aide pour les soins corporels.
GIR 4Personne n’assumant pas seule ses transferts mais qui, une fois levée, peut se déplacer à l’intérieur de son logement, et qui a besoin d’aides pour la toilette et l’habillage, ou personne n’ayant pas de problèmes locomoteurs mais qui doit être aidée pour les soins corporels et les repas
GIR 5Personne ayant seulement besoin d’une aide ponctuelle pour la toilette, la préparation des repas et le ménage
GIR 6Personne encore autonome pour les actes essentiels de la vie courante

Qui pour évaluer cette dépendance ?

Plusieurs professionnels de la santé peuvent être mandatés, leur qualité va dépendre d’un seul critère, à savoir si la personne dépendante est, ou non, handicapée.

Si c’est le cas, c’est la CDAPH (Commission des Droits et de l’Autonomie des Personnes Handicapées) missionnera quelqu’un ou enverra l’un de ses membres pour l’évaluation. Cette mission résultera d’une demande de la MDPH (Maison Départementale de la Personne Handicapée) qui peut être saisie à tout moment par la personne âgée, ses proches ou un médecin traitant.
Dans le cas où la personne n’est pas handicapée, c’est le médecin traitant ou un travailleur social qui peut effectuer l’évaluation puis la faire remonter jusqu’aux services concernés de l’État et/ou des collectivités.

Dans un cas comme dans l’autre, un plan d’action est ensuite rédigé et doit être approuvé par la personne âgée ou son représentant légal pour que les moyens et solutions qui y sont relatés puissent être mis en place. Parmi eux, on compte notamment l’aide à domicile.

 

Source : Aide à domicile vos besoins

Partager cet article